La faune et la flore sous-marines sont très fragiles, et le simple contact avec une main (nue ou gantée) peut leur être préjudiciable. C’est bien pire encore, avec la pression d’un genou, les coups de palmes ou de blocs métalliques, sans parler de l’usage abusif du couteau de plongée… Dans l’idéal, un plongeur soucieux de ne pas avoir d’impact écologique devrait réussir à évoluer dans l’eau, sans jamais être en contact avec autre chose (sable, roche, vie benthique ou pélagique, etc.), et en veillant soigneusement à ne pas trop perturber le milieu, lors de ses évolutions près du fond ou de toutes surfaces naturelles ou artificielles. C’est possible, avec une parfaite maîtrise de son équilibrage, de sa posture et de son palmage.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© CIBPL-FFESSM 2023 Tous droits réservés.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

%d blogueurs aiment cette page :