Démarrer son activité préférée en étant bien hydraté est primordial, c’est un facteur important de prévention des accidents.

Le séjour dans l’eau favorise la déshydratation par la diurèse que cela engendre : la pression hydrostatique qui s’exerce sur le corps entraine une redistribution centrale du sang à l’origine de la stimulation de cette diurèse.

Ce phénomène est majoré par le froid. Les pertes hydriques (et thermiques) sont aussi augmentées par les voies respiratoires où l’air  est réchauffé et humidifié. L’air respiré par le plongeur est plus sec et froid, ce qui augmente les pertes. A l’effort, la ventilation augmente, les pertes aussi donc.

Enfin, le travail musculaire s’accompagne d’une production de chaleur. Celle-ci doit être évacuée vers l’extérieur : cela passe par la circulation sanguine, c’est pour ça que l’on rougit à l’effort. Ensuite, cette chaleur est évacuée soit par radiation dans l’air ou par conduction dans l’eau, soit par la sueur et son évaporation. Cette dernière augmente sensiblement les pertes en eau de l’organisme lors de la pratique sportive. Lorsque l’on est dans l’eau, la conduction est efficace, la transpiration ne peut se faire, sauf dans la combinaison où les pertes peuvent parfois être importantes…

Bref, quelle que soit notre activité dans l’eau, attention à la déshydratation. La soif n’est pas un bon signal, elle survient trop tard, lorsque l’organisme est déjà déshydraté. Donc il faut boire, boire régulièrement et boire majoritairement de l’eau.

© CIBPL-FFESSM 2021 Tous droits réservés.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?