Large devices Desktops
Medium devices (tablette horizontale)
Small Devices (tablette verticale)
Small Devices (mobile)

Un protocole, comment ça marche ?

 

Le protocole a pour objectif de standardiser les données collectées afin d’en déduire des analyses et comparaisons.

 

Le plongeur renseigne 2 types de données :

  • Les données générales (métadonnées) définissent l’observateur et le contexte d’observation : nom, coordonnées et niveau de l’observateur ; date, heure, lieu, courant, profondeur de l’observation…

  • Les données propres à l’objet de l’observation : présence ou absence des espèces, étendue et état de l’habitat, photos.  

Mode d’emploi pour remplir les données générales : vous pourrez très prochainement télécharger le tableau.

Mode d'emploi pour remplir les données propres à l’objet de l’observation, vous reporter à chaque programme :

 

 Dans les données propres à l'objet de l'observation, sont collectées :

  • Les données d’inventaire : « Chaque donnée a une importance en soit. C’est par exemple, l’observation d’une espèce hors de son aire de distribution supposée, ou encore dans une région où elle est réputée éteinte. Leur fiabilité dépend de la fiabilité de l’observateur. » Vigie nature. C'est notamment le cas des observations d'Hippocampes dans le cadre de l'Hippo-Atlas de l'Opération RHIZOMA.

  • Les données de suivis : « Leur intérêt résulte d’une analyse statistique, après qu’elles aient été récoltées en suivant un protocole établi préalablement. Leur fiabilité dépend principalement du respect du suivi d’un protocole et selon les cas, de la fiabilité de l’observateur. » Vigie Nature. C'est nottament le cas des observations d'herbiers de zostères de l'Opération RHIZOMA.

Les objectifs ne seront donc pas les mêmes si l’on s’attache à la quantité de données ou à sa qualité. Dans tous les cas, une photo peut apporter de la légitimité à la donnée.

Pub2
Pub3